Analyse de marché pour des produits en fibre issus du roseau de chine, du lin à fibre, du chanvre et du kenaf en Suisse

Publié le par Joachim Sell und Vito Mediavilla

Analyse de marché pour des produits en fibre issus du roseau de chine, du lin à fibre, du chanvre et du kenaf en Suisse

 

Joachim Sell und Vito Mediavilla

 

Les plantes à fibres représentent une source de matières premières renouvelables connue depuis très longtemps. De nombreuses raisons plaident en faveur de la production de fibres végétales et de leur utilisation industrielle. Après un long arrêt de la production et de la transformation, les plantes à fibres ont été "redécouvertes" au début des années 90. Il s’agit de cultures connues comme le lin à fibre ou le chanvre mais aussi de cultures nouvellement introduites telles que le roseau de chine et le kenaf.

 

Les fibres de ces plantes ont des propriétés différentes qui déterminent le champ de leurs possibles utilisations. Elles se distinguent à la base et avant tout au niveau de leur composition chimique, de leur longueur, de leur diamètre, de leur densité, de leur résistance à la rupture et de leur élasticité. Ces paramètres sont important pour une utilisation industrielle.

 

Dans le cadre de la coopération transfrontalière (Institut Transfrontalier d’Application et Développement Agronomique ITADA du programme Initiative Communautaire concernant le développement des zones frontalières INTERREG II) mise en œuvre dans le Rhin supérieur, un projet de trois ans a débuté en 1997 avec deux objectifs : d’une part l’étude et l’optimisation des pratiques culturales du chanvre, du roseau de chine et du kenaf, et d’autre part l’étude des possibilités d’introduction sur le marché de produits issus de ces plantes et de lin à fibre. La présente analyse de marché a été conduite dans le cadre de ce projet.

 

Au début des années 90 certains secteurs de l’industrie et du commerce ont commencé à s’intéresser au plantes à fibres. Dans cette phase de pionnier nombreuse questions sont surgies et surgissent encore concernant la production agricole, le commerce et la transformation industrielle des fibres végétales:

 

Quelles sont les fibres de ces plantes qui s’imposent face à la concurrence des fibres conventionnelles dans une application particulière ? Quels sont les critères qui sont décisifs pour la compétitivité et quels sont les marchés qui sont valorisants et ouverts à ces fibres ? Où se situent les plus grands potentiel de marché et quels sont les domaines où la substitution de fibres conventionnelles par des fibres de ressources renouvelables serait intéressante du point de vue des décideurs industriels ?

 

L’analyse présente cherche à répondre à ces et d’autres questions. Elle décrit pour la Suisse les marchés, dans lesquels les fibres de roseau de chine, de chanvre, de lin et de kenaf pourraient être introduites. La description se concentre sur les caractéristiques quantitatives et qualitatives des marchés. L’appréciation quantitative a été principalement établie à l’aide de statistiques. Les paramètres qualitatifs ont été enquêté à l’aide d’entretiens avec environ 150 experts. Enfin, le potentiel de marché a été synthétisé pour les branches de la cellulose et du papier, du textile, du bâtiment, du jardinage (avec les géo-tissus) et d’articles plastiques.

 

Le résumé de l’évaluation est décrit dans le tableau 1. A court terme, une utilisation significative (généralement de fibres issu de production suisse) de plusieurs centaines de tonnes est attendue dans le domaine du bâtiment, dans celui du jardinage et pour les plastiques renforcés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau 1. Potentiel de marché selon les branches

 

Branche

 

 

Cultures

 

 

Marché annuel potentiel [t/an]

 

 

Court terme
(jusqu’à 3 ans)

 

 

Long terme
(après 3 ans)

 

 

Production de papier

 

 

chanvre

 

 

aucun

 

 

5 000 (lié à des conditions)

 

 

Commerce du papier

 

 

chanvre

 

 

15 à 20

 

 

Eventuelle diminution vu la mode actuelle

 

 

Tissage

 

 

Lin, chanvre

 

 

100 lin, 15 chanvre

 

 

Probablement pas d’augmentation

 

 

Commerce du tissu

 

 

Lin, chanvre

 

 

Pas de données précises

 

 

Lin : marché stable

 

Chanvre : progression voire niche de marché

 

 

 

Matériaux d’isolation

 

 

Lin, chanvre

 

 

Isolation alvéolaire : 375

 

Tapis de chanvre : > 10

 

 

 

5 00- 1000

 

 

Béton de fibres

 

 

Lin, chanvre

 

 

Pas de données précises,

 

Intérêt présent

 

 

 

Substitution partielle de fibres de verre et polypropylène

 

 

Matériaux de construction composites (éléments de construction)

 

 

Chanvre, lin, roseau de chine, kenaf

 

 

Chènevotte 400,

 

Intérêt présent

 

 

 

Intérêt pour panneaux, lié é des conditions

 

 

Construction en terre

 

 

Chanvre, lin, roseau de chine

 

 

10 à 20

 

 

Forte augmentation

 

 

Jardinage

 

 

Chanvre, roseau de chine

 

 

Chanvre : 20

 

Roseau de chine : 800

 

 

 

Forte augmentation

 

 

Geo-Tissus (soutien de sols)

 

 

Lin, chanvre

 

 

Pas de données précises

 

 

100 à 150, lié é des conditions

 

 

Plastiques renforcés par fibres

 

 

Roseau de chine, chanvre, lin

 

 

1 000 à 1 500

 

 

augmentation

 

 

 

 

 

 

 

 

En même temps ainsi que pour les prochaines 3 années des potentiels de marché élevés sont attendus pour des produits à plus-values réduite et à réalisation technique simple. La cause entre autres: Pour une certaine gamme de produits il est nécessaire d’avoir des fibres à haut degré d’extraction, mais d’infrastructure nécessaire pour une telle extraction et préparation manque en Suisse. Il s’agit notamment des produits de gammes suivantes: cellulose et papier, industrie du textile, tapis isolants, béton de fibre, géo-tissus de soutien de sols (une extraction mécanique est suffisante) et plastiques renforcées par des fibres avec une haute partie de matrice. Il est de rigueur que la réalisation d’une infrastructure adaptée au besoin du marché soit faite. Afin d’apprécier sa taille et sa faisabilité économique (le prix des fibres produites doit s’orienter au prix des importations), il est proposé de réaliser une prospection qui pourrait s’appuyer sur la base du potentiel de marchés ici rapportées.

 

Des travaux supplémentaires seraient nécessaires pour apprécier les propriétés techniques des produits issus de fibres de plantes. Avant que les produits ne sont pas décrit précisément beaucoup de producteurs n’osent pas prendre de risque et préfère des produits conventionnels. Les instituts publiques sont ainsi sollicités pour enquêter les valeurs références.

 

Dans le même temps cette analyse montre l’importance du travail de diffusion des résultats, du management des informations (par exemple quel produit a quelle particularité et ou est-il disponible) et du marketing des matières premières renouvelables. Ces tâches ainsi que la coordination de la production, de la transformation et du commerce de fibres d’origine agricole devrait pouvoir s’intensifier par exemple grâce à un centre de coordination pour les matières premières renouvelables.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Marchés et enjeux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article